Saviez-vous que l’unique téléphérique de Belgique, se situe à la citadelle de Dinant ?

Temps de lecture/ Leestijd: 9 min.
téléphérique menant vers la citadelle de dinant

Pour ma part il n’y a que très récemment que j’ai appris que le téléphérique de la citadelle de Dinant était l’unique téléphérique de Belgique.

Dans mes vagues souvenirs je me rappelle l’avoir pris lorsque j’étais en colonie de vacances dans la région. Cela doit bien faire 35 ans 😊 Et oui je venais dans la région pour apprendre le Français. Mais si je m’en souviens encore,  c’est qu’ à l’époque déjà, cela avait du bien m’impressionner.

Et donc c’est tout naturellement, en habitant la région maintenant, que j’avais envie d’y retourner avec mes enfants. Dinant se situe à environ 20 minutes de la Maison du Meunier.

L’idée de visiter la citadelle en prenant le téléphérique m’était déjà venue il y a quelques temps. Mais ce n’est que depuis mars  de cette année que celui-ci est à nouveau opérationnel. En effet, les cabines ont été désossées et repeintes. Un travail d’une certaine envergure et assez risqué compte tenu de l’emplacement du téléphérique. C’est d’ailleurs une société de la région de Grenoble qui s’en est chargée.

2 façons d’accéder à la citadelle : en montant les 408 marches, datant de 1577, ou en téléphérique.

Nous décidons d’y aller un samedi début d’après-midi. Le soleil n’est pas réellement au rendez-vous mais tant pis. Notre agenda ne nous permet pas vraiment de faire cette excursion en famille à un autre moment.

Je motive mes enfants en leur proposant de faire la visite en empruntant le téléphérique et non les marches. Harold, mon petit de 5 ans, fait immédiatement le lien avec les cabines en montagne et commence directement à s’imaginer l’escapade.

Normalement nous serions plutôt enclins à prendre les marches comme nous faisons lors de nos voyages lointains, mais prendre la télécabine fait partie du but de l’excursion.

La cabine se prend aux pieds de la collégiale, sur la Grand’Place. Cela implique qu’il faut trouver à se garer dans les alentours, ce qui n’est pas aussi facile le weekend à Dinant. Mais nous trouvons une place de parking le long de la Meuse. Cela nous permet de nous balader un peu sur la nouvelle croisette qui invite à s’installer sur une des nombreuses terrasses. Mais ça, ce sera pour plus tard.

la croisette de Dinant

Il est tout à fait possible de se garer directement en haut de la citadelle. Il y a un parking disponible gratuitement lorsqu’on visite la citadelle. C’est évidemment le plus facile mais dans ce cas on rate en quelque sorte l’expérience  téléphérique ou marches. C’est par ailleurs par le haut du site que les personnes à mobilité réduites (PMR) accèdent au site.

Le ticket d’entrée s’achète dans le centre d’accueil, au départ du téléphérique. Le prix du ticket est de 9.5 €  par adulte et de 7 € par enfant de 4 à 12 ans. Ce prix comprend :

  • Le parking supérieur gratuit
  • Le téléphérique aller et retour
  • La visite guidée de la citadelle
  • L’accès à l’espace 1914
  • L’escalier de 408 marches
  • L’aire de jeux pour les moins de 14 ans
  • La terrasse panoramique

Des tickets combi sont également vendus, si on souhaite combiner la  visite avec une excursion en bateau sur la Meuse. Premier craquage pour chacun de mes spirous, une sucette. Le présentoir sucettes,  est bien mis en évidence sur le comptoir d’accueil…comment résister ?

centre d'accueil et départ du téléphérique

2 minutes suffisent pour  faire l’ascension des 100 mètres et de nous dévoiler une magnifique vue sur Dinant !

le téléphérique menant vers la citadelle de Dinant, vu a partir du bas.
le télépherique menant vers la citadelle de Dinant

Étonnement,  il y a peu de monde et nous pouvons embarquer directement dans la cabine. Nous y sommes à 6 adultes et 5 enfants. Pas de bol au moment de monter dans l’engin, il commence à pleuviner. Le trajet est très court. A peine le temps de prendre conscience de l’ascension que nous y sommes déjà. Malgré les 2 minutes et la fine pluie, nous avons le temps d’admirer la magnifique vue. Ce qui est toujours assez impressionnant dans ce genre de funiculaire c’est la vitesse à laquelle on monte. Ainsi que le fait de voir tous les éléments du bas qui s’éloignent de plus en plus et deviennent de plus en plus petits.

les 408 marches menant vers la citadelle de Dinant

Nous voilà arrivés avec le téléphérique à la citadelle de Dinant.  Nous partons immédiatement vers la gauche puisqu’on y voit un grand panneau reprenant le plan du site ainsi que toutes les indications utiles.

Entre-temps la pluie a cessé, ouf !

La citadelle de Dinant et ses ténèbres, la prison !

Nous nous dirigeons vers la porte principale de la citadelle. Au travers de cette porte on accède à  un long couloir qui mène vers ce qui semble être l’enceinte intérieure de la citadelle. Mais pas le temps d’y arriver, un guide nous interpelle directement et nous invite à faire la visite avec son groupe.

porte d'entrée de la citadelle de Dinant

Il s’agit d’un guide officiel de la citadelle qui maitrise parfaitement le néerlandais. Dès lors il fait la visite dans les 2 langues nationales (FR/NL). Etant bilingue, j’ai toujours cette fâcheuse habitude de suivre dans les 2 langues et je me surprends à vérifier si il ne manque rien dans une des traductions . Une déformation professionnelle j’imagine,  dont je n’arrive pas à me débarrasser, même pas au cinéma 😉

Mais je constate que le guide gère super bien et il a d’ailleurs pas mal d’humour. Il arrive a bien captiver l’attention même celle de mes enfants.

Il nous explique que la Citadelle a été édifiée en 1815, sur le site d’un ancien fort bâti par Vauban. Mais la première construction d’un château fort sur l’éperon date de la période du moyen-âge.

entrée menant vers la prison

Après l’indépendance de la Belgique en 1830, la citadelle fût entres autres utilisée comme prison pour des militaires sanctionnés par des mesures disciplinaires. Le guide propose donc de réellement commencer la visite des lieux par la prison.

boules de canon près de l'entrée de la prison

Il précise , en s’adressant principalement aux enfants, qu’à l’époque il n’y avait ni électricité ni eau courante, ni chauffage et que dès lors le séjour à la prison était tout, sauf amusant.

Je vois,  avant d’accéder dans la partie prison qui semble être au niveau des caves, dans le regard de mes enfants une certaine crainte qui s’installe.

Harold me sert très fort la main en s’approchant de la première cellule. Elle est toute petite et effectivement très dépouillée et sans aucune fenêtre. Le plus effrayant pour lui c’est la présence d’une poupée mannequin afin de donner une certaine véracité à la scène. Il me demande bien 10 fois s’il s’agit réellement d’une poupée et ne comprends pas ce qu’elle fait là. Cela le perturbe également de savoir s’il s’agissait de méchants ou de gentils qui terminaient en prison. Il a besoin d’être rassuré . Mais il est vrai que l’ensemble est assez sinistre.

Il y a 2 cellules et 1 cachot.

porte d'entrée d'une des cellules

En avançant dans cette prison on entre dans une autre pièce où trône une guillotine et une atroce hache pour couper la main. Le guide ne s’attarde heureusement pas dans cette pièce et nous fuyons quelque peu l’endroit qui impressionne quand même fort mes enfants.

Ensuite nous passons dans la partie musée . Le guide nous laisse plutôt déambuler librement dans cette partie. Il attire notre attention sur d’anciennes photos  et plaquettes reprenant les découpes de la citadelle ainsi que sur une ancienne carte de Dinant. Après quelques minutes il nous amène vers la sortie .

Devant la porte vitrée de la sortie,  du côté extérieur sont placés 2 canons.  Nous y apprenons que chaque canon pèse 2 tonnes. Chaque boulet de 8kg, nécessite 50 kg de poudre et la manipulation de 6 soldats.

canon de 2 tonnes

Le point de vue de la citadelle à ne pas manquer !

point de vue du haut de la citadelle de Dinant

En effet, le point culminant en ce qui me concerne c’est le magnifique point de vue de la « terrasse » du site. A partir de cet endroit on observe toute la ville et la vallée environnante,  dont le musée Leffe,  des magnifiques villas mosanes , jusqu’aux ruines de château de Crèvecoeur de  Bouvignes. Ses occupants étaient selon notre guide des ennemis des occupants de la citadelle de Dinant à l’époque de la dinanterie puisqu’ils étaient concurrents.

vue sur la meuse et les ruines de crevecoeur au loin

Ensuite nous nous dirigeons vers la partie de la caserne reprenant les pièces nécessaires pour l’entretien et le logement des soldats.

Le quotidien des soldats résidents à la citadelle de Dinant.

Il s’agit bien de la partie la plus concrète pour les enfants comportant la cuisine, la boulangerie, les dortoirs et  la salle des armes.

On apprend que 400 soldats  y logeaient. Ils avaient quotidiennement  droit à 2 repas et 1 pain de 750gr .

Un calcul rapide ;  il fallait 300 kg de pâte à pain tous les jours pour faire les 400 pains nécessaires.

cuisine de la citadelle de dinant
boulangerie de la citadelle de dinant

Ensuite, nous passons dans les dortoirs. Le guide nous explique que ceux-ci faisaient également office de réfectoire et de salle de repos. En somme c’était leur unique lieu de détente.

dortoirs des soldats

Dans la salle d’armes, le guide attire notre attention sur le fusil de rempart à Silex. Ces fusils s’utilisaient pour défendre les remparts et se plaçaient dans les meurtrières. Chaque fusil fait 2 mètres de long et pèse 20kg.

Cette salle comprend également beaucoup d’armes faisant partie de la collection personnelle des propriétaires des lieux, cad la famille de Villenfagne. En effet la citadelle est bel et bien un site privé.

Après cette salle, le guide nous prévient que nous allons vivre une expérience un peu déconcertante et que surtout il faut impérativement se tenir tout au long du parcours …nous voilà bien curieux…

Reproduction d’une tranchée et d’un abri effondré ; sensations fortes garanties !

Après les mises en garde du guide, nous voilà dans une reproduction de tranchée. Directement en entrant dans cette partie du bâtiment l’ambiance est très différente. Il y fait sombre, on y entend des bruits de fusils, la simulation est bien faite. Ensuite nous enchaînons avec un abri effondré. Le plancher a été incliné de 30 degrés. Incroyable comme le corps a du mal à s’adapter à cette inclinaison. Je pense directement à la force physique et mentale qu’il faut pour fuir en cas de bombardement. Heureusement  le parcours est assez court .

C’est sur cette dernière expérience que notre visite guidée se termine.

Après l’effort , le réconfort avec une petite glace.

Avant de reprendre la nacelle, nous décidons de passer un peu de temps à la plaine de jeux. Il y a plusieurs engins adaptés en fonction de l’âge des enfants. Mes enfants ont directement repéré une petite tyrolienne où ils passeront quasi exclusivement tout leur temps . On y trouve également un self-service et il est même possible d’y pique-niquer moyennant l’achat de boissons. Nous nous octroyons une petite pause glace avant de reprendre le téléphérique.

J’ai réellement apprécié cette petite escapade en famille.

La visite guidée était assez dynamique et ne durait pas trop longtemps, environ 50 minutes, idéale aussi pour les enfants. Le fait qu’il n’y ait pas trop de monde et qu’on ne se bousculait pas,  a rendu la visite encore plus agréable.

Pour ma part avoir pris le téléphérique de la citadelle de Dinant en valait vraiment la peine surtout que c’est compris dans le prix de l’entrée.

Concernant le prix des boissons et glaces au self-service près de la plaine de jeux , ceux-ci sont très démocratiques.

Le petit bémol fut bien entendu la météo , mais cela n’a pas gâché notre excursion.

Le prix d’entrée demandé pour la visite , soit 33€ pour nous 4 ,  est certes assez onéreux , mais  comprend tout ; le téléphérique, la visite guidée, le parking, le musée . Par ma part le prix est justifiée compte tenu qu’il s’agit d’un patrimoine remarquable, maintenu par une famille sur fonds propres et ce dans un esprit de partager leur patrimoine avec les visiteurs.

C’est une chouette excursion à faire plutôt en famille . La citadelle est accessible aux PMR et en poussette et les animaux sont autorisés

Cette jolie escapade peut se faire en 1h30 à 2 heures sauf si vous voulez profiter un peu plus longuement de la plaine de jeux  ou de la vue à partir de la terrasse panoramique de la cafétaria.   

Besoin de plus d’infos d’ordre pratiques concernant le téléphérique et la citadelle de Dinant ?

Visitez le site https://www.citadellededinant.be/

Également à visiter  à Dinant et sa région 

  • La Maison Leffe
  • La grotte la merveilleuse
  • La collégiale Notre Dame
  • Le Château de Freÿr  (6km)
  • Le Parc de Furfooz (8km)
  • Le Château de Vêves  (8km)

Vous souhaitez découvrir d’autres idées d’escapades, abonnez-vous sans tarder à ma newsletter ! Merci et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Partagez sur:
la maison du meunier

La Maison du Meunier
Rue Haute 15,
5332 Crupet - Belgique
Tél : +32 (0) 471 56 59 58

info@maisondumeunier.be
Inscrivez-vous à notre Newsletter pour être au courant de nos découvertes et actualités
Suivez-nous:

©La Maison du Meunier 2019 - Webmaster: J-une: Communication & Web Agency